top of page

Délires géopolitiques

   Où l'on voit que ce qui semble impossible pourrait être plus proche qu'on ne pense...

   Des images pour dire que l'Histoire ne sera jamais finie et que la tendance à ne pas savoir en tirer les leçons est une malédiction qui rode sans cesse parmi les hommes.

   Comme si l'histoire de l'humanité devait toujours trouver son point d'équilibre en se répétant, y compris dans ce qu'elle a de plus horrible.

   Car hélas, il est plus facile d'être stupide qu'intelligent, plus facile de faire la guerre que la paix, de haïr que d'aimer...

   Des images pour ne pas oublier que les fantômes du passé gratteront toujours à nos portes...

   Printemps 2022 : Je relis ces lignes écrites il y a six ans. Et tandis que Poutine attaque cruellement l'Ukraine au risque de provoquer la troisième guerre mondiale, je songe, hélas, à leur terrible vérité.

   Décembre 2023 : Une conférence à laquelle j'ai assisté au Grand Orient de France s’intitulait : "Iran : une espérance ? ". J'y entendis des paroles d'espoir. Incitation à lutter contre l'oppression, à ne pas se laisser abattre, à soutenir les résistances. Car les dictatures, fussent-elles religieuses, ne sont jamais éternelles.

Sous les projecteurs de ce qui semble être le podium d'une salle de congrès, Ali Khamenei, le guide suprême de la Révolution islamique d'Iran, salue l'assistance d'une main levée. A ces côtés, son interlocutrice (une jeune femme sans foulard !) le regarde d'un air mêlé de satisfaction et de prudence. Elle arbore un badge féministe piqué sur sa poitrine. Le guide suprême, lui-même, arbore un badge du féminisme islamique. Derrière eux, dans la pénombre, un aréopage de femmes iraniennes est assis. Toutes ont les cheveux libres ou très visibles, ainsi qu'une tenue moderne de femmes émancipées. Elles apprécient visiblement la scène comme une victoire. Au-dessus d'elles, fixé au mur, un grand portrait de Masha Amini, victime de la police religieuse et symbole de la lutte contre l’oppression, trône comme un étendard.

Je vous ai comprises ! (2023)

Sur une mer menaçante, des naufragers tentent de s'agripper désespérément à leur cannot retourné, tandis qu'un bateau de croisière s'éloigne vers l'horizon.

Ni vus ni connus (2023)

Sous un ciel bleu magnifique, une muraille de pierre ressemblant au rempart d'un fort militaire s'étend jusqu'à l'horizon dans une immense plaine aride d'argile craquelée qui ressemble au Grand Bara djiboutien, à la Mer Morte, ou à la Vallée de la Mort. De ce côté, quelques hommes semblent errer dans une canicule épouvantable, parmi les détritus et des carcasses de véhicules. De l'autre côté du mur, à l'intérieur du périmètre supposé de l'enceinte, une zone boisée luxuriante laisse voir ses frondaisons verdoyantes. A l'extérieur, contre la muraille, un panneau affiche : " Zone naturelle sauvegardée - Défense de pénétrer sous peine de mort ". En haut de la muraille, circulant sur ce qui doit être un chemin de ronde, un militaire en tenue de combat et armé d'un fusil-mitrailleur surveille les alentours...

Zone sauvegardée (2023)

Un clochard est adossé à un rempart, dans une zone aride parsemée de déchets ; de l'autre côté du mur, une zone verte semble à l'abri du reste du monde. Sur le mur est écrit "ZONE VIE" et sur un écriteau : "Zone interdite sauf ayants droit".

Zone vie (2023)

Un jeune enfant triste assis près d'une ruine, dans une friche industrielle.

Merci pour tout (2022)

La place de l'Etoile, à Paris, est fermée par une clôture interdisant l'accès à une zone interdite pour cause de radiations.

Zone interdite (2022)

Deux avions de chasse passent au-dessus du Kremlin de Moscou et le bombardent (vue aérienne)

Frappe chirurgicale (2022)

Image publiée dans Philosophie magazine n°169 (mai 2023)

Sur la place Rouge de Moscou, au milieu d'une émeute, les forces de l'ordre arrêtent violemment Vladimir Poutinet

Une arrestation à Moscou (2022)

La station de métro du Kremlin-Bicêtre avec des affiches en russe, un clochard, un policier et une femme riche.

Station Kremlin-Bicêtre (2022)

Sur la lune, un astronaute américain se heurte à une clôture défensive chinoise défendant une pagode.

Hello Houston, there is a problem ! (2022)

Dans une rue de Vincennes, près de Paris, deux chars chinois paradent devant les habitants incrédules.

Invasion, ou les Chinois à Vincennes (2021)

Un groupe de dirigeants taliban posent dans une salle du Louvre devant la vitre blindée de la Joconde.

Les sacripants au Louvre (2021)

L'avenue des Champs Elysées métamorphosée par une invasion chinoise.

Aux Chang Elysées (2019)

Un dictateur chinois, entouré de deux garde du corps, prend la pose devant la tour Eiffel, sur le parvis de Chaillot.

Comme un air de déjà-vu (2018)

A proximité du mont Saint-Michel, un mur de séparation trace une frontière entre la Normandie et le Bretagne.

La maladie des murs (2019)

Vue depuis le sud-ouest parisien, une bombe atomique explose sur Paris, dans le quartier de la Défense.

Première frappe (2018)

Les combattants de Daesh paradent à Paris, sur la place de la Concorde. Au fond, l'église de la Madeleine est en feu.

Daesh à la Concorde (2015)

Devant le château de Versailles, un combattant de Daesh tire, appuyé contre une sculpture du bassin du Midi.

Daesh à Versailles - 1 (2015)

Dans le parc de Versailles, un pic-up chargé de combattants de Daesh passe à toute vitesse devant le château qui fume.

Daesh à Versailles - 2 (2015)

A Versailles, dans la galerie des Glaces vandalisée, des combattants de Daesh fêtent leur victoire en s'ennivrant.

Daesh à Versailles - 3 (2015)

bottom of page